Un liquide jaunâtre trouvé dans un pot en bronze datant de près de 2 000 ans n’est pas du vin; comme le pensaient initialement les archéologues chinois. C’est en fait un « élixir d’immortalité » concocté à l’antiquité.

élixir d'immortalité et le pot de bronze
élixir d’immortalité et le pot de bronze

Le pot de bronze a été découvert en octobre dernier par des archéologues.

Le site remonte à la dynastie des Han de l’ouest (de 202 à 8 après J.-C.). En plus du pot, il restitue les restes bien conservés d’un noble, des pots en argile peints, des matériaux fabriqués de jade et de bronze, et une lampe en forme d’oie.

Curieusement, le pot contenait 3,5 litres d’un liquide jaunâtre dégageant une odeur très forte semblable à celle de l’alcool. Les archéologues pensaient alors que c’était du vin – une conclusion cohérente avec d’autres découvertes remontant à la même période. À l’époque, cette boisson est semblable a une liqueur; le vin fabriqué à partir de grains de riz et de sorgho était utilisé lors de sacrifices et de cérémonies rituelles.

Mais comme le souligne cette mise à jour, d’autres travaux ont montré que la substance n’était pas du vin. Le liquide est principalement composé de nitrate de potassium et d’alunite; ingrédients principaux d’un élixir enrichissant la vie documenté dans d’anciens textes taoïstes.

«C’est la première fois que des médicaments d’immortalité »mythiques sont découverts en Chine».

« Le liquide est d’une grande valeur pour l’étude des anciennes pensées chinoises sur la réalisation de l’immortalité et de l’évolution de la civilisation chinoise. »

Bien sûr, il est douteux que la combinaison de nitrate de potassium et d’alunite ait fonctionné comme prévu. La première servant à la transformation de la viande, aux engrais et aux feux d’artifice et la seconde à la fabrication de l’alun utilisé dans la décapage et la levure. L’alunite est relativement bénin, mais le nitrate de potassium à fortes doses est associé à certains risques pour la santé. Allant de l’irritation des yeux et de la peau à l’insuffisance rénale, à l’anémie et même à la mort.

On ignore si cette boisson était réellement destinée à être consommée ou si elle servait simplement d’inhumation rituelle. La seule façon de savoir avec certitude si la préparation confère réellement l’immortalité est de la tester sur un sujet humain. Des volontaires?

1 COMMENTAIRE

C'est toujours une bonne chose de laisser un commentaire!