Les fichiers secrets de Monsanto [Vidéo]

Après le fichage illégal de journalistes, chercheurs ou politiques, voilà l’astroturfing, ou comment Monsanto créé un "faux mouvement spontané" de défense du glyphosate.

106
2

Après le fichage illégal de journalistes, chercheurs ou politiques, voilà l’astroturfing, ou comment des agences de communication travaillant pour Monsanto ont créé un « faux mouvement spontané » de défense du glyphosate.

Glyphosate : nouvelles révélations sur Monsanto

Désormais la « guerre économique se mène aussi sur le terrain de l’environnement ». « Les enjeux environnementaux ont pris une telle importance que les très grandes entreprises qui ont des très gros moyens cherchent à influencer comme le faisaient des puissances étrangères avec l’espionnage en quelque sorte

es agences de communication pour créer de faux mouvements d’opinion « spontanés » pro-glyphosate.
Des agences de communication pour créer de faux mouvements d’opinion « spontanés » pro-glyphosate.

Les agriculteurs ciblés

Des agences de communication travaillant pour Monsanto ont créé un « faux mouvement spontané » de défense du glyphosate. Des hôtesses ont ainsi recruté des agriculteurs sans jamais leur dire qu’elles travaillaient pour la firme. L’objectif était de créer un groupe d’influence venant du terrain, en dissimulant cette stratégie aux premiers concernés : les agriculteurs.

« Ces agences envoient des hôtesses dans les foires où se rassemblent les agriculteurs pour faire adhérer ceux qui défendent le glyphosate à une association baptisée Agriculture et liberté. Mais elles ne disent jamais que Monsanto est derrière, explique la journaliste et présentatrice d’ »Envoyé Spécial » Élise Lucet. C’est ainsi que la firme recrute des agriculteurs pour créer un mouvement d’influence très utile sans en informer les intéressés ».

Les reporters du magazine ont ainsi retrouvé des documents top secret. Et Élise Lucet de préciser : « Ils décrivent cette stratégie dite de l’astroturfing, très réfléchie, qui est menée au niveau européen. Par exemple, le nom de l’association, les phrases que les hôtesses doivent prononcer ou pas… ».

Une enquête de Laura Aguirre de Carcer, Tristan Waleckx et les équipes d’ »Envoyé spécial »

2 Commentaires

  1. C’est quand même délirant de vivre dans un monde ou on empoisonne notre nourriture, on pollue l’eau..etc..etc mais quand tu le dénonces on te traite de complotiste extrémiste

  2. Envoyé spécial, agence de promotion de la théorie du complot. C’est une honte absolue. Il faut mette en prison les journalistes d’investigation et garder uniquement les journalistes de la pensée.

    Blague à part, cette histoire de « théorie du complot » est un élément de langage des gens de pouvoir dès lors qu’on ne les croit pas. Or ici je journaliste met en évidence des techniques de tromperie, que certains appelle « ingénieur sociale » qui vise à tromper le peuple. Si vous doutez de quelque chose que vous dit le pouvoir vous êtes qualifié de complotiste, or les complots existent puisque Mossanto en a mis un en place. Tout n’est qu’une question d’éléments de langage.

C'est toujours une bonne chose de laisser un commentaire!